Blog,  Sens

« Merci pour ta participation »

Longtemps je me souviendrai de ce moment, j’étais passée à l’accueil de jour, partie depuis plus de six mois pour mon congé maternité, j’étais revenue pour saluer les uns et les autres et prendre le temps de dire mon départ définitif. 

Dans les premiers instants, je passais de table en table et pièce en pièce pour dire bonjour ! Je m’arrête dans la cuisine où Michel et Marc sont en train de préparer le goûter (rituel d’au revoir du vendredi).

Nous discutons à bâtons rompus, jusqu’au moment où j’explique que je ne reviendrai pas travailler à l’accueil.

Michel marque une pause, accuse le coup, il s’approche de moi et me prend dans ses bras. Son étreinte est sincère et forte. 

Après cela, il m’appelle “ma fille” et nous raconte son arrivée, son accompagnement à l’accueil, ses allers venues, etc.”

“Je me souviens je n’étais personne. Vous m’avez accueilli comme j’étais, c’est à dire pas grand chose. Je suis parti, je suis revenu. Il y a même des fois où j’étais en colère contre vous. Vous étiez là. Ah ça, j’en ai eu de la colère. Je me suis excusé mais j’en ai eu! Hein tu te souviens ma fille. Aujourd’hui ça va mieux et c’est en partie grâce à vous. Toi, t’étais là, il y avait Pierre aussi, Anna, Carine, et puis le théâtre aussi.
Merci ma fille. Merci pour ta participation.”

 

“Merci pour ta participation”

 

Ces quatre mots sont restés en supens dans mon coeur, dans ma tête. Il a prononcé les mots justes à ce moment là, Michel. Il a même remis les choses à leurs places.

En effet, j’ai participé, j’étais là. Pas toujours. Parfois je l’ai mis en colère, d’autres fois on a bien rigolé…
Tous les jours ouverts, j’étais là avec les autres collègues et les bénévoles.
Parfois active, parfois passive.
Parfois bonjour, parfois un long café de discussion.
Nous étions là tous et nous lui voulions du bien. 

 

« Le chemin c’est moi qui l’ait fait. »

 

Ce que j’entends entre les mots est très clair :

“Le chemin c’est moi qui l’ait fait. Vous, vous y avez participé. Simplement participé.
Vous êtes des acteurs de ma vie, mais l’action c’est moi qu’il l’ait menée.”

 

Ce matin là, sans le vouloir, Michel m’a remise à ma place.

Là où parfois, peut-être, même trop souvent, en tant qu’accompagnatrice, je me suis crue permanente, toute puissante, indispensable… Alors que je suis une simple participante dans la vie de chaque personne que j’accompagne. 

 

“Merci de ta participation.” 

“Et toi Michel… Merci de m’avoir laissée participer. De m’avoir laissée faire mon job avec mes qualités et mes défauts. De m’avoir accueillie dans ta vie, à ce moment là de ton chemin. Merci aussi de ta participation à ma vie, car à côté de toi, j’ai grandi.”

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.