Accompagnement,  Podcast

Un verre avec Léo Cloarec – Quand accueil rime avec alcool

Ecouter le Podcast n°11 –
Un verre avec Léo Cloarec –
Quand accueil rime avec alcool

 

Rue, accueil de jour, fraternité et consommations d’alcool…
une
équation possible à l’Espace Marcel Olivier

 

A première vue, cette équation ne peut être résolue ! Et pourtant l’Espace Marcel Olivier de l’association Aux Captifs la libération fait rimer Accueil et Alcool !

 

Ce mois-ci, nous buvons un verre avec Léo Cloarec,
responsable de l’EMO (pour les intimes !) à Paris.

 

Léo travaille dans un accueil de jour peu ordinaire, un accueil de jour où la RDRDA – la réduction des risques et des dommages liés à l’alcool – est pratiquée.

En bref, la consommation d’alcool est autorisée à l’intérieur de l’accueil de jour.

Cette démarche est complémentaire d’une démarche habituelle et surtout novatrice auprès des personnes de la rue :

« Cette approche consiste à pouvoir accompagner les personnes dans les difficultés qu’elles rencontrent avec les consommation d’alcool, sans particulièrement imposer ou sans travailler directement une modification des consommations ou même un arrêt des consommations. On va plutôt être dans la première étape qui va être de réfléchir ensemble avec la personne : « quelles sont les difficultés que tu rencontres avec la consommation d’alcool ? » »

 

L’équipe est pluridisciplinaire, et composée de professionnels (responsable travailleur social, une psychologue et une art-thérapeute) et de bénévoles. Ensemble, ils accueillent tous les matins de la semaine une trentaine de personnes de la rue. Ces personnes viennent avant tout chercher un espace de convivialité et de fraternité.

 

La porte d’entrée pour les personnes n’est pas forcément celle de pouvoir consommer librement dans le lieu.

En effet, c’est surtout de trouver à l’EMO de la chaleur, de l’amitié et de la sécurité. 

 

Il n’y a pas de faux semblant, travailler sur l’accueil des personnes ET de leurs consommations oblige chacun à chercher et à se positionner sur son rapport à la consommation d’alcool, sur les étiquettes et sur les associations d’idées.

 

Au contraire, les personnes sont plutôt affectueuses que violentes.

 

Dans l’épisode, Léo fait clairement tomber l’idée reçue de Alcool et Violence.

« Potentiellement une personne qui a une forme de violence ou de tristesse en elle, peut être désinhiber et peut devenir plus violente sous alcool. Mais on a tous l’image du bon copain et de la bonne copine qui fait des câlins à tout le monde quand il est bourré. Cette personne là, l’alcool la rend plus affectueuse. Alors pourquoi avoir ce réflexe automatique une personne de la rue quand elle boit de l’alcool est violente. En trois ans d’intervention, je n’ai du appeler la police qu’un seule fois pour des raisons liées à l’alcool alors que si je compte toutes les déclarations d’amour et d’affection que nous font les personnes tous les matins quand elles sont alcoolisées et qu’elles nous expliquent à quel point nous sommes importants dans leur vie. Celle-là on ne peut plus les compter.  Au contraire les personnes sont plutôt affectueuses que violentes. »

 

Priorité donnée à la construction de la relation 

 

Enfin, à l’Espace Marcel Olivier comme dans le reste des accueils de l’association Aux Captifs la libération, la priorité est la construction de la relation et d’un lien de confiance. C’est très clair pour Léo, ce sont les relations « qui font du bien », qui permettent aux personnes accompagnées de gagner en pouvoir d’agir et de faire leurs petits pas. Dans un second temps, une fois le lien et la relation construits, viendra l’accompagnement dans les différentes démarches.

Ensemble, nous déconstruisons une autre idée reçue : celle de la priorité aux besoins matériels pour les personnes de la rue. En effet, comme le dit si bien Léo « Pour se sentir mieux on a plus besoin d’être entouré, de sentir aimé que d’avoir un peu plus d’argent sur son compte en banque. »

Attention ! Loin de l’idée de l’association de nier les besoins matériels  ! Cela veut dire qu’à l’exclusion sociale, la première réponse donnée est celle de la relation !

 

Bonne écoute !

Et Merci Léo !

 

 

Voici des liens qui peuvent te servir pour compléter l’écoute du podcast : 

www.drogues.gouv.fr/la-mildeca

www.captifs.fr/ –

www.modus-bibendi.org/ – Site en construction ! Tu pourras trouver une charte et une plaquette de présentation de ce collectif des acteurs de la RDRDA.

 

 

 

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.